La période préhistorique

Dans l'immense nuit de la préhistoire, on admet que l'Europe occidentale a connu au cours de l’êre quaternaires quatre grandes périodes d'extensions glaciaires, entrecoupées de phases chaudes ou tempérées.

Aux temps les plus froids, les glaciers Alpins s'étendaient au-delà de l’Isère et jusqu’au Massif Central, tandis que la calotte glaciaire scandinave couvrait les deux tiers de l’Allemagne et presque toutes les îles Britanniques. Le niveau de la mer, quant à lui, était plus bas d'environ 130 mètres par rapport à aujourd'hui.

Glaciers

Les quatre glaciations successives ont été baptisées :GUNZ, MINDEL (limite en bleu), RISS (limite en jaune) et WURM (limite en rouge), du nom de rivières des Alpes Bavaroises.

Calottes glaciaires successives

L'apparition de la race humaine sur notre hexagone date de près 2 000 000 d'années, ce qui est une goutte d'eau dans l'océan des âges.Que représente l’ère Chrétienne (Deux milles ans par rapport à l’apparition de la race humaine et plus encore par rapport à la terre?

Les premiers occupants de notre sol ne sont connus que par des vestiges d'outillages de pierre.Les plus anciens quartz taillés, récemment découverts à Chilhac (Haute-Loire) dateraient de l 800 000 ans et seraient les plus vieux outils connus en Europe.

Outils ded Chilhac

Les plus vieux vestiges humains retrouvés en France sont les fossiles de Tautavel (Pyrénées-Orientales) – 400 000 ans - et la mandibule de Montmaurin (Haute-Garonne) datant de la glaciation de MINDEL.

Face avant crannienne fossilisée de Tautavelmandibule de Montmaurin

L'homme primitif vivait de la chasse, de fruits et de graines sauvages. Il suivait le gibier et abandonnait la région lorsqu'il l'avait épuisée.

Depuis environ 600 000 ans, il est maître du feu. Il « gîte » sous les abris rocheux (Période glaciaire, MINDEL, RISS).

A moins 100 000 ans, c'est-à-dire il y a 10 000 ans environ, les hommes de Néandertal, du nom de la vallée allemande proche de Dusseldorf, formaient des outils de pierre, des raclettes, des grattoirs, des scies à bords dentelés...Cet homme de Néandertal, dit "Néandertalien", possédait un semblant de vie spirituelle. Il ensevelissait ses morts sous des pierres plates, avec ses armes, ses outils et des provisions alimentaires. Cette race d'homme s'est éteinte il y a environ 35 000 ans pendant la glaciation de WURM.

Derrière lui, l'homo-sapiens apparaît en plusieurs races:

  • l'homme de cro-magnon, de taille élevée (1,80 m à 1,90 m),
  • l'homme de Grimaldi, de taille moins imposante (1,60 m), considéré comme négroïde, en raison d'un nez large,
  • l'homme de Chancelade, plus petit (1,50 m), qui est comparé aux actuels esquimaux.

comparaison-crane-sapiens.jpg
Comme les Néandertaliens, ils honoraient leurs morts.

Le temps de l'homo-sapiens, appelé aussi Magdalénien, dure près de 20 000 ans. Vers l'an moins 10 000, cette brillante civilisation artistique s'éteint.

C'est vers cette époque que les grands bouleversements climatiques semblent se terminer. Les glaciers battent en retraite. Bisons et mamouths disparaissent. Les troupeaux de rennes remontent vers le nord. Dans nos régions, arrivent de nouvelles races animales: sangliers, cerfs, renards, loups...

Les hommes ont abandonné leurs abris rocheux. Ils construisent des huttes, se groupent aux bords des lacs, rivières, marais. Progressivement, de chasseur, l'homme devient agriculteur. Pour mettre en commun leurs ressources et mieux se protéger contre des envahisseurs, ils se groupent en "camps fortifiés". On en a découvert en Côte d'Or, dans le Doubs, dans l'Eure et en Meurthe et Moselle.

Le paléonthologue Gaillardot s'est attaché, au 19ème siècle, à rechercher les témoins géologiques de la faune et de la flore primitive de notre territoire, à l'époque où il était envahi par les eaux ou couvert de glaciers.

Le sol lorrain, en lui dévoilant ses inépuisables richesses lui a permis de constituer une collection des plus importantes de fossiles que Nancy a recueilli dans un musée.

Fossiles du musée de Nancy

Lebrun a marché sur ses traces. Il a trouvé sur le territoire d'Azerailles, une mine de curiosités géologiques qui ont servi à peupler des musées étrangers. Cette mine a toujours ses réserves.

Publication de Lebrun

La phase habitée de notre préhistoire commence à la période de la pierre taillée et polie. Des objets mis à jour à Xermaménil, Gerbéviller et dans les terrains de la ferme de La Naguée (territoire de Merviller), constituent de véritables trésors archéologiques et en portent le nom.

Vers la fin de l'année 1962, la plus grande hache polie trouvée dans le département a été découverte à Mouacourt au lieu dit "La Chapelle Saint-Laurent".

Hache polie trouvée à Mouacourt

A moins 5 000 ans, trois grands groupes ethniques peuplent alors notre pays:

  • La race alpine, qui est caracétrisée par des yeux et des cheveux foncés, une face ronde et large, de taille peu élevée;
  • la race méditerrannéenne, de petite taille, mais ayant la figure allongée;
  • la race nordique, composée d'hommes grands, au teint et poil clairs.

Entre - 4000 et - 3000 ans, apparaissent les sépultures collectives, des chambres funéraires recouvertes de tables de pierre ou "dolmens", des tumulus.

Un peu plus tard apparaissent de hautes pierres dressées verticalemnt, les "menhirs". Placés en cercle, ils déterminent un "cromlech".

Si on avait admis un certain temps que notre région avait été inocupée pendant la période préhistorique, cette assertion ne saurait plus être prise à la lettre, car plusieurs de ces monuments attestent de la présence humaine:

  • la Roche du Trupt,
  • le cromlech de Neufmaisons,
  • le mégalithe de Pierre-Percée,
  • les menhirs de Bertrichamps,
  • les tumuli de Clayeures (voir ici), La Naguée, Bezange-la-Grande, Serres, Igney.

roche-trupt.jpg cromlech-neufmaisons.png menhir-bertrichamps.jpg

A nos jours, à part quelques suppositions, nous n'avons toujours pas éclairci la façon dont ces hommes ont transporté et dressé ces énormes blocs. L'un d'eux, le plus gros dépassant 20 mètres de haut, sis à Locmariaquer (Morbihan) avoisine 350 tonnes.
On ignore également le rôle exact de ces menhirs.

A moins 2 500 ans avant JC une nouvelle transformation se produit dans l'existence de l'homme. Le cuivre travaillé depuis plus de 20 siècles en Iran et en Turquie, arrive.
Les cadavres parés de joyaux sont enterrés, allongés sous des tumuli.

A moins 1 800 ans, venant d'Extrême Orient ou d'Asie centrale, on apprend à fabriquer le bronze en alliant le cuivre et l'étain.

Vers moins 1 200 ans, une peuplade arrive de l'outre Rhin qui incinère ses morts. Cette civilisation s'installe dans notre région jusqu'à la Nièvre et l'Allier.
L'homme domestique à cette période le cheval, qui de trait, deviendra plus tard animal de selle.

A moins l 000 ans, sans que le bronze disparaisse le fer fait son apparition.
Avec l'âge de fer, une nouvelle aventure humaine arrive.

Venant toujours de l'Est, des peuplades continuent d'arriver en Lorraine où elles utilisent les minerais pour fabriquer des armes et des outils agricoles. Ces peuplades appelées par nos anciens "Celtes, Galates, Galli", accentuent leur invasion vers l'an - 500.

A cette époque notre pays s'appelait la "Gaule" et sur celui-ci, les Celtes qui s'étaient installés devinrent des Gaulois.
Un auteur Grec, Diodore de Sicile les décrivait ainsi, "Les Gaulois ont le corps grand, la peau humide et blanche, les cheveux blonds".

Les Gaulois accordaient beaucoup d'importance à la propreté et savaient préparer un savon pour se laver.
Au moment de l'invasion Romaine, ils étaient environ 15 millions qui composaient 80 peuplades.

Pour celles qui se trouvaient dans l'est, nous trouvions:

  • Les Trévires;
  • Les Rèmes;
  • Les Lingons;
  • Les Séquanes;
  • Les Leuques.

Tout en étant batailleurs et indisciplinés, les Gaulois avaient une société hiérarchisée.

Ils étaient répartis en trois catégories:

  • Les misérables: "Les plèbes" (sans pouvoir politique)
  • Les nobles, qui étaient eux-mêmes hiérarchisés en
    * hommes honorables,
    * hommes illustres,
    * très noble;
  • Les druides.

Il faut noter que les Gaulois attribuaient une valeur mystique au chiffre "trois".

Il était inévitable qu'un territoire aussi vaste que la Gaule et aussi riche en multiple possibilité, attirât l'attention de ses puissants voisins, les Romains.

L'invasion commença en 154 avant J.C. dans les régions de Nice et Antibes par le Consul Opimius.

En 125 avant J.C., le Consul Calvinus fonda à Aix en Provence un site d'eau thermale.

De 120 à 117 av J.C., les Romains menèrent plusieurs campagnes contre les Gaulois et s'assurèrent ainsi la domination sur tout le pays.

Quelques années plus tard, de nouveaux dangers menacèrent la Gaule. Les Cimbres et les Teutons, deux peuples germaniques venus du Nord battirent à trois reprises les romains envoyés à leur rencontre.

Le général Romain Marius écrasa à Aix, en 102 avant J.C. les Teutons puis en 101 av J.C. les Cimbres à Verceil.

En 58 avant J.C., à son arrivée en Gaule, César repousse les Helvètes dans la plaine d'Alsace. Il avait une nouvelle fois sauvé la Gaule.
Cependant, certaines tribus gauloises commençaient à s'inquiéter de cette emprise grandissante de Rome sur leur territoire. Le feu couvait, apaisée d'un côté, la révolte renaissait de l'autre.

En 56-55 avant J.C., les gaulois appelèrent à leur aide des ''Barbares'' d'outre-Rhin, mais ils furent vaincus.

Jusqu'alors, les Romains s'étaient trouvés face à des révoltes sporadiques, à des mouvements locaux. Mais, à partir de 52 avant J.C., sous l'impulsion du jeune chef gaulois ''Vercingétorix'', la guerre allait changer de visage.

La première résistance commença.

Vercingétorix décida de prendre la tête d'une coalition et d'appliquer vis-à-vis des Romains la politique de la terre brûlée.

César réagit avec promptitude. Il passa les Alpes en janvier 52 av J.C.
Après un échec à Gergovie, il encercla Vercingétorix à Alésia.

Au mois d'Août 50 avant J.C., Jules César reprit le chemin de l'Italie. La Gaule, pour de longs siècles, avait perdu sa liberté.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×