De 1870 au XXème siècle

La guerre en Lorraine, 1870

Le 2 septembre 1870, Napoléon III se constitue prisonnier.

Le 4 septembre 1870, un nouveau gouvernement est constitué. La 3ème République est née.

A la mi-septembre, les armées Allemandes encerclent Paris.

Le 5 mai 1871, la France perd la guerre et par le traîté de Francfort, l'Allemagne annexe la totalité des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, 5/6ème du département de la moselle et un tiers du département de la Meurthe.
Seules neuf communes de l'Arrondissement de Château-Salins échappent à l'annexion germanique.
Ce sont les communes d'Arracourt, Athienville, Bathelémont-les-Bauzemont, Bézange-la-Grande, Bures,Coincourt, Juvrecourt, Réchicourt-la-Petite et Xures.
Le nouveau département de la Meurthe-et-Moselle prend forme.
Les neuf communes restées françaises formeront le Canton d'Arracourt et seront désormais rattachées à l'Arrondissement de Lunéville.
Arracourt remplace Vic comme chef-lieu de canton.

Découpage des territoires après 1871

La capitulation et l'annexion de la Lorraine, s'ajoutant aux mois de privations et d'épreuve du Siège de Paris, suscitèrent la colère chez le peuple parisien. Cela déclencha l'insurrection de la Commune.
Cette dernière échoua dans son dessein de transformer le régime politique de la France, et la République idéale rêvée par les Communards disparut dans les flammes et le sang de la guerre civile.

On déclara la séparation de l'Eglise et de l'Etat et l'on supprima le budget du culte. On élabora le projet de l'enseignement laïc, obligatoire et gratuit.
Le drapeau rouge avait été adopté comme emblême dès le 29 mars.
On reprit le calendrier Républicain.
Les derniers combats eurent lieu les 27 et 28 mai autour du Père Lachaise et les Fédérés pris par les Versaillais furent fusillés le long du cimetierre. Environ 20000 hommes et femmes trouvèrent la mort pendant ces jours terribles de lutte sans merci.
La France devait verser en trois ans au nouvel Empire Allemand une indemnité de cinq milliards de Frances, et, jusqu'au paiement total de la somme, une partie du sol français resterait occupée par les Allemands.
La loi Rivet, proposée le 31 août 1871 par un député, ami de Thiers, donnait à ce dernier le titre de Président de la République Française.

Le Président Thiers

Le 3 août 1872, par décision ministérielle, la première Brigade à Pied de Gendarmerie est créée à Arracourt

Le 24 mai 1873, suite à la démission de Thiers, le Maréchal Mac-Mahon devient Président de la République Française.

Maréchal Mac Mahon

Le 30 août 1873, après trois années d'occupation, les villes de Verdun et Nancy sont libérées des dernières garnisons Allemandes qui se replient sur Metz.

Le 5 novembre 1874, signature du procès-verbal de l'installation de la Brigade de Gendarmerie d'Arracourt par Monsieur de Monthureux, Maire d'Arracourt, et le Capitaine Lepetit Didier, Commandant la Gendarmerie de l'Arrondissement de Lunéville. Aucun renseignement ne nous indiquant le lieu de son casernement, il se peut que celui-ci ait été basé à l'ancien château des comtes de Monthureux, dont il ne reste aujourd'hui que des ruines.

En 1876, le phylloxera apparait sur les vignes d'Arracourt.

En janvier 1877, le cimetierre de Xures, qui se trouvait à la place du monument aux morts, est transféré à sa place actuelle, en bordure de la route de Moncourt.
Le terrain est donné à l commune par Monsieur Vautrin, propriétaire à Xures.
Le premier qui y a été inhumé fut le curé de la paroisse, l'abbé Gérard Nicolas, décédé le 28 décembre 1876, enterré le dernier dans l'ancien cimetierre, et 15 jours après transporté dans le nouveau.

Le 14 juillet 1879, la Marseillaise est de nouveau décrétée hymne national.

Le 30 janvier 1879, Mac-Mahon démissionne. Jules Grévu devient Président de la République.

Le Président Jules Grévy

 

En 1883, Coincourt comptait 397 habitants, Bathelémont 200, Réchicourt 128, et Xures 192.

En 1886, Bures comptait 224 habitants, Valhey 275, et Parroy 600.

Le 2 décembre 1887, suite à un trafic de vente de décorations metant en cause un de ses proches, le Président Jules Grévy est contraint de se démettre.
Quelques jours plus tard, Sadi Carnot devient le nouveau Président.

Portrait de Sadi Carnot, par Théobald Chartran

Le 26 janvier 1887, lancement de la construction de la Tour Eiffel.

La construction de la Tour Eiffel

En mai 1889, commémorant le centenaire de la Révolution, la France organise l'exposition universelle.
Le journal "L'Est Républicain" est fondé en cette même année.

Le 1er juin 1890, dans son rapport, le Maréchal des Logis Virtel, Commandant la Brigade de Gendarmerie d'Arracourt, propose la suppression du poste frontière situé au Haut des Monts, qui était composé de deux gendarmes. Celui-ci sera ramené plus tard à proximité du chateau au carrefour de la route partant vers Juvrecourt, à quelques mètres du bureau de Douane.
Le 15 août 1890, lors de sa délibération, le conseil Municipal de Xures demande la création d'un poste de gendarmerie. Ceci en raison de l'éloignement de la brigade d'Arracourt, et des fréquents incidents opposant Allemands et Français à la fontière.

Ci-dessous quelques illustrations comparatives du secteur, tirées de cartes postales d'époque, et de vues issues de Google aujourd'hui:

Le "Haut des Monts" actuel, vu du ciel, avec la délimitation de l'ancienne frontière, reprise aujourd'hui pour délimiter la Meurthe et Moselle de la Moselle

Le Haut des Monts

Photos sur la frontière

Comme quoi le "problème Rom" ne date pas d'aujourd'hui...La même sous un autre angle

Même après la guerre de 1870, la frontière reste un lieu de promenade, de pique-nique et de rencontre pour les familles qui à cette époque vivaient séparées des deux côtés dans des villages voisins proches. Mais la gendarmerie veillait, l'autorité voyant des espions partout.

Même après la guerre de 1870, la frontière reste un lieu de promenade, de pique-nique et de rencontre pour les familles qui à cette époque vivaient séparées des deux côtés dans des villages voisins proches

On distingue sur la photo d'époque le nom de Moyenvic:

Route reliant la frontière à JuvrecourtReconnaissance à cheval à la frontière

Les photos Google-car ne sont pas encore au point...

Les documents concernant, Xures, autre point de frontière:

La zône vue du ciel

Marques d'amitié entre les peuples d'une même nation d'origine, désormais séparés par la frontièreOn distingue au fond à droite un bâtiment qui n'existe plus aujourd'hui, appartenant à la ferme de Martincourt

Le même lieu aujourd'huiLa même sous un autre angle

Le 15 juin 1893, le journal "Le Lorrain" de Metz* mentionnait au sujet de la sécheresse:

L'extraordinaire sécheresse de ce printemps fait de plus en plus la désolation de nos cultivateurs. Elle est maintenant devenue une véritable calamité que l'on ne voit plus comment conjurer, sinon par des prières publiques. La récolte du foin est absolument manquée, aussi le fourrage des années précédentes atteint-il ici un prix fort élevé: 800, 100, jusqu'à 110 marks le mille de foin du pays, et il est encore très difficile d'en trouver.
Il y en a qui font revenir d'Amérique ou de Hongrie, au prix de 60 marks le mille, mais il ne vaut pas celui de la contrée, et les bêtes souffrent.
On ne sait plus comment les nourrir, rien dans les greniers et rien dehors pour elles !
Je connais des cultivateurs qui, chose triste à  dire, fauchent en ce moment leurs seigles encore verts afin de le donner en fourrageà leurs bestiaux !
Si ce temps continue quelques semaines, il n'y aura ni regain, ni pomme de terre, ni betterave à l'automne et alors ce sera presque la famine en hiver.

Avec la disette de fourrage, la sécheresse amène des maladies parmi le bétail. A Vergaville, un cultivateur vient d'en perdre six en quelques jours. A Guébestroff, un autre a vu périr deux chevaux et deux bêtes à cornes dans l'espace de trois semaines.
Il y a de pauvres gens qui se sauvent de leur maison durant toute la journée pour ne pas entendre crier leurs bêtes.
Il est vrai que les forêts leur sont ouvertes, mais il faut payer un mark par mois, par tête, compter le dommage éventuel et les gardiens, et tout le monde ne le peut pas.
Chose plus terrible encore, ce n'est pas seulement l'eau du ciel qui fait défaut mais déjà des sources et des ruisseaux. Dans certains villages éloignés on commence à voir diminuer l'eau des puits et des fontaines.

A la même date du 15 juin 1893, "l'Eclaireur" de Lunéville mentionnait:

Un jour de juin 1893, une fermière des environs de Lunéville (ferme de Hincourt, territoire d'Athienville) vint trouver le propriétaire de la ferme, Monsieur de Kloplein et lui dit: "Monsieur, je viens vous redonner la cougie".
Cela signifiait: "Je ne pourrais pas payer mon canon... Je suis à bout..."
Très ému par la détresse de la fermière, Monsieur de Kloplein lui dit: "J'ai beaucoup d'estime pour vous, gardez la cougie". Et il fit revenir du foin d'Amérique qui permit de nourrir le bétail de la ferme.

Entre temps, les boulangers de Lunéville avaient fabriqué et mis en vente un pain spécial avec lequel les cultivateurs purent alimenter leur bétail.

Le 4 mars 1894, le Chef d'Escadron Vinclair, Commandant le Groupement de Gendarmeire de Meurthe et Moselle, propose la création d'une brgade à pieds à Xures (1 chef et 3 gendarmes).

Le 20 mai 1894, sur proposition de ce même Chef d'Escadron et par décision ministérielle, la Brigade d'Arracourt qui était une unité à pieds, devient Brigade à cheval, par le transfert de la 2ème Brigade de Toul.
Les communes de Valhey et de Courbesseaux y sont rattachées.

PV d'installation Brigade d'ArracourtPremière Brigade d'Arracourt

Le 24 juin 1894, le Président Sadi Carnot est assassiné d'un coup de couteau par un jeune ouvrier boulanger, Santo Caserio.

Santo Caserio

Le 27 juin 1894, Jean-Casimir Perier, par 451 voix sur 851 votants, est élu Président de la République. Mais il a fait ce choix à contre-cœur, personne ne voulant se présenter.

Le Président Perier, photographié par Marie HETT, assistante du célebre Charles Ogereau

Le 16 janvier 1895, par message, il annonçait sa démission.
Le 17 janvier, au second tour, Félix Faure était alors élu.

Le Président Félix Faure

Le 1er décembre 1897, la Brigade de Gendarmerie de Xures est réellement créée, et le même jour la commune de Bauzémont est rattachée à la Brigade d'Arracourt.

Brigade de gendarmerie de Xures

Le 16 février 1899, le Président Faure décède lors d'un rendez-vous galant avec Mme Steinheil. Emile Loubet prend sa succession à la tête de la République.

Le Président Loubet

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site