La reconstruction après la "Der des Der"

Le 18 janvier 1919, s'ouvre la Conférence de la Paix à Paris en présence du Président Poincaré.
Pour ce fils de pasteur presbytérien, chez qui l'idéalisme et une profonde méconnaissance des réalités européennes s'alliaient à un juridisme pointilleux, le retour de l'Alsace à la France n'allait pas de soi.

Le 28 juin 1919, signature du Traité de Versaille. Nos voisins de la Moselle redeviennent Français.

Le 18 septembre 1919, le maire d'Einville demande le rétablissement de la brigade de gendarmerie d'Arracourt, mais propose le maintien provisoire d'un poste de 2 gendarmes à Einville en raison des nombreuses troupes stationnées dans ce bourg.

Le 19 septembre 1919, la brigade de gendarmerie de Xures est supprimée par décision ministérielle.

Le 7 octobre 1919, le Général de Division Pauline, commandant le 20ème Corps d'Armée et la 20ème Région, fixa à 6 mois le maintien provisoire de la brigade d'Arracourt à Einville-au-Jard.

En 1919, à Mouacourt, des baraques provisoires sont construites au lieu-dit "Le Bois Gendarme". Quelques maisons sont en pierre (les derniers vestiges de l'une d'entre elles ont subsisté jusqu'aux années 1990, près du cimetierre). La plupart sont en bois.
L'eau doit être puisée dans un puis proche du cimetière. On se chauffe au bois, et le mobilier se constitue avec les dommages de guerre.

Il faut noter qu'en avril 1919, une loi avait déjà institué la journée de 8 heures, et la semaine de travail de 48 heures.

Le 17 janvier 1920, par l'Assemblée Nationale réunie en congès à Versailles, Paul Deschanel est élu Président.
Ce dernier donna rapidement des signes graves de dépression.
En mai 1920, au cours d'un voyage par chemin de fer, il est tombé par la fenêtre de son compartiment. Plus tard, alors qu'il prenait du repos au château de Rambouillet, il fut retrouvé nu dans le canal du parc.
Il dut démissionner au bout d'un mandat de sept mois.
En septembre 1920, Alexandre Millerand est élu Président.

Le Président Deschanel Le Président Millerand

Le 16 juin 1921, Arracouurt, Athienville, Bézange-la-Grande, Bures, Réchicourt-la-Petite et autres, sont cités collectivement:
"Villages d'extrême frontière qui furent, dès le mois d'août 1914 des premières victimes de l'ennemi. Ont payé de leur destruction l'honneur d'avoir été, pendant plus de quatre ans, sur la ligne de feu. Par les deuils et les dommages qu'ils ont subis ont droit à la reconnaissance du pays."

1921, début de la reconstruction du village de Mouacourt.

19 novembre1922, pose de la première pierre de la nouvelle église d'Arracourt.

Nouvelle Eglise Arracourt
1923, la reconstruction de Mouacourt se termine.

Avril 1924, les trois cloches
-Jeanne, 987 kg, Mi
- Catherine, 688 kg, Fa dièse
- Marguerite, 688 kg, Sol dièse,
sont mises en place dans le clocher d'arracourt.

13 juin 1924, élection de Gaston Doumergue à la Présidence de la République.

Le Président Doumergue, peinture de Marcel Baschet

26 juillet 1924, vente des bâtiments de la gendarmerie de Xures.

22 août 1926, fin de la construction de l'église d'Arracourt.
En 1926, on compte 344 habitants à Serres, 247 à Coincourt.

En 1927, 242 habitants sont comptés à Bézange-la-Grande.

En  1928, Xures compte 76 maisons.
En cette même année, 173 clients sont comptés à l'hôtel de l'écluse de Mouacourt. Ce sont des charretiers, quelques mariniers en grande majorité Français, Alsaciens-Lorrains, quelques Sarrois, Belges Allemands et Italiens.
Ils n'y passent le plus souvent qu'une seule nuit.

1929, suite à l'armistice de 1918

L'occupation militaire de la Rhénanie prend fin.
Les troupes françaises se replient sur l'héxagone.

Afin de se protéger d'une éventuelle nouvelle attaque de nos voisins, la protection de la Lorraine devenue zone frontière s'impose.
Après de longues discussions, la solution de la construction d'une muraille "de Chine" dite Ligne Maginot est retenue.
Le début de sa construction se fera la même année.
Appuyée sur une vingtaine de gros ouvrages et d'un dispositif en profondeur très étoffé, elle est construite du Rhin à l'ouest de Longuyon.
Les ouvrages de cette ligne représentent des terrassements considérables. Ils sont dotés des derniers perfectionnements techniques:

  • moteurs diesels,
  • ascenseurs,
  • petits trains électriques pour circuler dans des kilomètres de galeries.

Certains casernements souterrains peuvent accueillir 800 à 1000 hommes de troupe.

Tracé Ligne Maginot

Bezange la Grande en 1930:

Place de l'Eglise Grande rue

Centre du village Grande rue

L'église Rue principale

1930, date de la vue photographique de la tour du pigeonnier du château Monthureux à Arracourt:

Pigeonnier

En 1930, la broderie artisanale commence à disparaître à Mouacourt.

Cette activité qu'est la broderie de perles (jais et paillettes), grande spécialité lunévilloise, apparaît à Mouacourt vers les années 1905-1906; travail confié par des usines de perles et de broderie de Lunéville.
Et, même si les fabrications industrielles disparaissent en grande partie vers la fin du XIXème siècle, il n'en demeure pas moins que Mouacourt n'a pas fait renoncer certains commerçants à utiliser cette main-d'oeuvre rurale, en distribuant le travail dans le village. Sacs, robes et linge de maison sont ainsi décorés.

En mai 1931, Paul Doumer, Président du Sénat depuis cinq ans est élu Président de la République Française.
Il est assassiné le 6 mai 1932 par un "Russe Blanc": Gorguloff.
Le Parlement désigna pour lui succéder, le Président du Sénat, Albert Lebrun.

Le Président Doumer Le Président Lebrun

1932, la construction de la Ligne Maginot est terminée.

Maginot

Arracourt en 1932:

Grande Rue

Vue de l'Eglise après sa reconstruction, depuis le centre du village

La mairie

La mairie

Grande rue

Grande Rue

Grande Rue

Grande rue

Vue générale

Vue générale depuis le clocher de l'église

Route d'Athienville

Route d'Athienville

La gendarmerie

La gendarmerie

Grande Rue

Vue de la chapelle, dans la Grande Rue, au niveau de la forge

Athienville en 1932:

Rue principale Mairie, église, école

Rue principale Route d'Arracourt

29 octobre 1932, lancement, au port de Saint-Nazaire, du paquebot "Le Normandie".

Le 11 novembre 1943, le journal local titre:

Arracourt:
Justice de paix.
L'audience du 9 novembre a été tenue par Monsieur Leroux, Juge de Paix, assisté de ses suppléants.

A l'audience de simple police avaient été convowués sept contrevenants:
- Un pour divagation d'animaux sur la voie publique;
- Un pour défaut d'avertisseur à bicyclette;
- Un pour défaut de plaque d'identité à bicyclette;
- Un pour défaut d'éclairage à voiture hippomobile;
- Un pour défaut de permis de conduire et de carte grise;
- Un pour défaut de médaille de brocanteur.

Un des contrevenants ne s'étant pas présenté sera cité;

Un a été renvoyé sans frais ni dépens;

Les autres ont été condamnés à des amendes variant de un à cinq Francs.

a l'audience civile, trois affaires dont deux pour règlements de comptes et une demande en abonnement.

- Deux ont été réglées à l'amiable et l'autre qui venait sur citation, aura son jugement rendu à une audience ultérieure.

Xures, en 1935:

Xures, 1935 Xures, 1935

En 1936, le canton d'Arracourt, pour des motifs électoraux, est rattaché à Vandoeuvre, alors qu'il était rattaché à Lunéville depuis 1871.

Arracourt, en 1937:

Arracourt, 1937

L'écluse N°14 de Xures, en 1938:

Xures, 1938

Revue de presse de 1938:

21 janvier

ARRACOURT

   Quête à mariage - Une quête faite      à la mairie à l'occasion du mariage de   M. Georges Hadot avec Mlle Eliane Pi- card, a produit la somme de 65 fr., ré- partie par moitié pour l'entretien du monument aux morts de la grande   guerre et la Coopérative scolaire. Remerciements et vœux de bonheur    aux jeunes époux.

24 octobre

ARRACOURT

   Fête patronale - La fête patronale, qui n'a pu avoir lieu le 2 octobre, sera célébrée le dimanche 30 octobre. Tous les jeunes gens des environs sont cor- dialement invités à venir s'y divertir.     Il y aura grand bal.

26 octobre

ARRACOURT

   Bleuet de France - La vente du bleuet a produit la somme importante  de 90 francs. Merci aux dévouées quê-  teuses, Mlle Gaby et Monique Jacquot, Jeanne Cabocel, Anne-Marie Mangin, Yvonne Aubry et Thérèse Lefort.

29 octobre

ARRACOURT

FETE PATRONALE d'ARRACOURT
DIMANCHE 30 et LUNDI 31
GRAND BAL, SALON WEISS
par BOUBOULE JAZZ, Roi de l'Entrain

24 décembre

Les six conscrits d'Arracourt

  La commune d'Arracourt, qui est sans doute le plus petit chef-lieu de canton   du département, est connue de la Fran-   ce entière, grâce à la fausse mobilisa- tion de 1912, où ses habitants donnè- rent un exemple de patriotisme, si spontanné et si émouvant. On sait, en outre, qu'un avion militaire allemand y     a attéri en 1913 et que cet incident fail-    lit amener, à cette époque de tension,   de sérieuses complications diplomati- ques.                                                       Sur une population qui, actuellement, dépasse de très peu 300 habitants, dont beaucoup âgés ou très jeunes, car Arra- court fut cruellement éprouvé par la grande guerre - plus de 20 de ses fils sont tombés au champ d'honneur         - il est né, cette année, six enfants. Et, fait exceptionnel, six garçons : Simonin Gérard, Demoyen Michel, Niclas André, Demoyen Claude, Manneville Jean, Pel- tre Guy. Le petit Claude Demoyen est  né très exactement à l'endroit où s'est posé l'avion allemand en 1913. Lors de la reconstruction du village, en effet,    une maison a été édifiée sur le terrain. Ces six enfants ont tous bon pied, bon œil. Ils ne demandent qu'à pousser et     à devenir, comme leurs papas, de bons Lorrains et d'excellents Français.     Nous souhaitons aux six râces d'Arra- court un heureux Noël et une bonne an- née 1939.

       oOo       

  Conseil municipal.  -  Le conseil vote le budget primitif de la commune et      du bureau de bienfaisance pour 1939.    Il autorise le maire à renouveller le      bail du presbytère pour une période     de six années. Le presbytère sera loué   à M. l'abbé Hachotte, curé desservant. Il autorise le maire à procéder à l'ad- judication de la fête patronale.               Il vote différents crédits pour tra-       vaux exécutés aux bâtiments commu- , naux, pour réparations à la machine à écrire, pour l'éclairage des bâtiments communaux et de la voie publique.

Revue de presse de 1939:

6 juillet

ARRACOURT

 Succès scolaires. - L'école d'Arra- court présentait, le 3 juillet, au centre d'Einville, huit candidats et candidates au certificat d'études primaires. Ce sont : Maire Robert, Reigner Georges, Cabo- cel Jeanne, Gougelin Lucie, Mineur Re- née, Mangin Anne-Marie, Kirsch Pauli- ne, Lefort Thérèse.
 Tous les huit ont été admis. Nous leur adressons nos sincères félicitations, ain- si qu'à leur dévoué instituteur, M.   Frantz.

 Délégation cantonale. - La déléga- tion cantonale de l'enseignement primai- re s'est réunie le 2 juillet à la mairie    sous la présidence de son doyen d'âge, M Jespérier, directeur d'école honorai- re. Il a été procédé à l'installation du bureau pour la période triennale 1939- 1941. M. Milot, conseiller général, maire d'Einville, a été réélu président ; M. Collin Paul, conseiller d'établissement, maire d'Arracourt, réélu vice-président, et M. Jespérier, réélu secrétaire.
 La délégation a réparti ainsi qu'il suit les écoles du canton:
 M. Milot, conseiller général : Arra- court, Bathelémont-lès-Bauzemont ; M. Roucel, conseiller général : Xures ; M. Collin, conseiller d'arrondissement : Bu- res ; M. Hesse, maire d'Athienville : Bezange-la-Grande ; M. Jespérier : Ju- vrecourt, Réchicourt-la-Petite; M. Popu- lus, à Bezange-la-Grande : Athienville ; M. Ehrmann, à Xures : Coincourt.

7 juillet

MEDAILLE DES PRISONNIERS
CIVILS
ET OTAGES DE LA GRANDE GUERRE

     oOo     

   La Médaille des prisonniers civils, dé-    portés et otages de la grande guerre est attribuée aux personnes ci-après dési-      gnées :
 Meurthe-et-Moselle. - MM. About Georges-Auguste, à Cirey-sur-Vezouse ; Barbier Joseph-Félicien-Robert, à Blâ- mont ; Chanot Adrien-Louis, à Cirey-sur-Vezouse ; Denis Prosper, à Jarny ;  De Faultrier Joseph-Marie-Louis, à An- gers (Maine-et-Loire) ; François Camil- le,   à   Fléville-Lixières   ;   Gillet  Léon,   à Conflans ; Grivel Vital, à Ville-sur- Yron ; Henry Jules, à Lafrimbolle ; Jean- jean Charles-Joseph, à Cirey-sur-Vezou- se ; Jespérier Paul-Joseph, à Arracourt ; Morville Charles-Omer, à Einville-au- Jard ; Pierre Emile-Charles-Auguste, à Parrpy ; Raulet Louis-Nicolas-Modeste, à Allondrelle ; Willemin Ferdinand, à Mont-Saint-Martin ; Didelot Louis-Char- les, Herserange ; Mme Thiry, née Billy Marie, à Puxieux.

18 juillet

ARRACOURT

   Coopérative Scolaire  -  Situation fi- nancière au 10 juillet 1939 : recettes, --
En caisse au 1er octobre 1938, 89 fr.; cotisations des jeunes coopérateurs, 106 francs 50 ; quêtes à mariages, 256 fr. 35 ; don de M. Weiss (fête patronale), 50 fr.; séances de cinéma (élèves et adultes), 342 fr. 40 ; fête scolaire du 9 juillet : entrées, 304 fr. 50 ; programmes, 157 fr.; dons, 50 francs.
  Total des recettes : 1.346 fr. 75
  Dépenses. -- Presse pour réparation des films, 106 fr.; colle pour films, 10 fr.; achat d'ampoules, 104 fr.; locations de films,  154 fr. ; réparation de l'appareil, 65 fr.; abonnement des élèves à ben- jamin, 39 fr.; versé sur achat d'un com- pendium de calcul pour les petits, 194 francs ; fournitures pour la fête, 27 fr.; location du piano, 30 francs.
  Total des dépenses : 720 francs.
   Excédent : 626 fr. 75.
   Remerciemnts aux généreux: dona- teurs et à toutes les personnes qui s'in- téressent à l'école. Le but de cette œu- vre est l'achat du matériel d'enseigne- ment, et l'organisation des loisirs, excur- sions ainsi que l'enrichissement de la bibliothèque scolaire.

19 juillet

ARRACOURT

  Le Bleuet de France. -- La vente des insignes  « le Bleuet de France »  a pro- duit la somme de 42 fr. 10.
  Merci aux généreux donateurs.
  Conseil municipal.  --  Compte rendu de la séance du 13 juillet 1939. -- Le Conseil désigne MM. Aubry Henri et Jeanpierre Eugène pour la révision des listes des électeurs à la Chambre de Commerce de Nancy.
   Il vote une subvention de 600  francs  à dater du 12 juin 1939, aux services départementaux de transports automo- biles.
   Pour la conversion en tâches de la taxe vicinale, le conseil demande que le prix du cassage d'un mètre-cube de pierre soit porté de 8 francs à 10 francs.
  Sur la proposition du conseil, le Mai- re prend un arrêté réglementant la pê- che  aux  écrevisses  sur le territoire de la commune.

23 juillet

ARRACOURT

 Pêche aux écrevisses. -- Les proprié- taires des près traversés par la Loutre- Noire, dans les communes de Juvrecourt, Arracourt, Athienville, et Bezange-la- Grande, interdisent formellement la pê-  che aux écrevisses à toute personne ne possédant pas de pré bordant la rivière  et qui ne sera pas accompagnée d'un propriétaire ayant droit à la pêche. ils rappellent que, par ailleurs, la loi inter-  dit le passage à pieds, en toute saison, dans les prés, sous peine de procès-ver- bal. Des instructions ont été données pour qu'il soit verbalisé contre les con- trevenants.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site